Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog

  • 23 novembre 2019

    #NOUSTOUTES

    23 Novembre 2019

     

    N'étant pas en France, je ne peux que suivre de loin la marche #NousToutes qui aura lieu aujourd'hui dans mon pays d'origine. Mais évidemment je la soutiens et j'admire le travail de celles et ceux qui dénoncent les violences contre les femmes depuis tant d'années.

     

    Je ne peux parler au nom de tous les sujets mais je souhaite au moins me positionner par rapport à la cinéphilie, qui définit mon quotidien et mon travail. Maintes fois, dans des échanges sur des films, ce fameux « séparer l'homme de l'artiste » est tombé, véritable clôture imposant la fin de toute discussion. Je pense que même ceux usant de cette réplique ne se rendaient pas compte de la gravité de cet argument qui pardonne tout, conclut tout.

    Je ne sépare pas l'homme de l'artiste et j'ai décidé récemment que je ne verrai pas le film de Roman Polanski. Tout d'abord par respect et soutien aux victimes qui se manifestent dernièrement. Je pense que défendre le film et son réalisateur, de même que s'y intéresser excessivement en ce moment, ne peut que causer plus de souffrance.

    Ensuite parce que j'en ai assez de cette excuse. Un cinéphile n'est-il pas un être humain ? Aimer un film c'est confirmer sa sensibilité, sa capacité aux émotions, la présence de valeurs en nous ; ces éléments jaillissent face à un personnage, un plan, un décor, une coupe au montage, un effet sonore... et donnent peu à peu un sens à notre cinéphilie.

    Pourquoi donc valoriser l'émotion d'un film en regard de celle ressentie face à la société ? Nous ne serions capables d'humanité qu'en face du grand écran ? Ou alors les sentiments dans la salle n'auraient rien à voir avec ceux de l'extérieur ? Bien au contraire, le chemin du cinéphile, comme du passionné de musique ou de théâtre, existe parce qu'il croise celui, plus vaste, de notre personnalité entière. C'est cette circulation, entre les films, leur contenu et notre réalité, qui enrichissent le cinéphile que nous devenons.

    Dire qu'il faut séparer l'artiste de l'homme revient à nier cette circulation, à considérer la parfaite imperméabilité d'un métier ou d'une œuvre. A l'image du cinéphile, le cinéma est une entité complexe, le réceptacle de regards mêlés, de personnalités qui se sont croisées, d'idées qui se sont confrontées. Dans ce fameux argument réside la totale négation de cette dimension, et donc, des souffrances qui y peuvent y apparaître.

     

    Le récent retour sans appel des violences contre les femmes dans le cinéma (et ailleurs...) passe aussi par les spectateurs et les spectatrices, et notre propre remise en question, l'acceptation de cette porosité, et surtout du droit de suivre ses sentiments et de refuser de voir un film. Chacun peut décider des œuvres qu'il souhaite défendre, mais ne peut le faire sans être conscient des réalités qui enrobent la création d'une œuvre.

    Il n'y a pas de séparation entre les artistes et les hommes, il n'y a qu'une succession d'étapes et un glissement vers le résultat final sur écran. Il n'y a pas de séparation entre le cinéphile et l'humain, mais la complexe circulation de valeurs et d'émotions personnelles.

     

     

    A lire : l'article d'Iris Brey sur cette séparation « impossible » : https://www.mediapart.fr/journal/france/131119/polanski-l-impossible-separation-entre-l-homme-et-l-artiste

    L'enquête de Marine Turchi sur les violences sexistes dans le cinéma : https://www.mediapart.fr/journal/france/031119/dans-le-cinema-des-violences-sexuelles-systémiques

  • Top Cinéma 2018

    TOP TEN 2018
     
    Si cette année fut riche en événements pour ma part, et si le temps ne me fut guère laissée pour remplir les colonnes de ce blog, la fibre cinéphile a tout de même résisté aux changements. Si j'ai certes vus moins de films qu'à l'habituelle, j'ai à mon actif une bonne centaine d'oeuvres visionnées en salles, ce qui permet de proposer le traditionnel top de l'année.
    Constatons que cette année fut très belle sur le continent américain comme asiatique. D'une part, l'on eut le plaisir de découvrir de beaux films indépendants très sensibles, souvent signés par de jeunes réalisatrices, comme de faire face au renouvellement de cinéastes confirmés (Andersen, McDonagh, Spielberg...). De l'autre côté du blog, le Japon ne fut pas en reste avec sa Palme d'or, mais aussi la venue d'anciennes comme de nouvelles têtes*. L'animation japonaise fut cependant en deçà des réussites, avec plusieurs films inégaux et décevants - la sortie du virevoltant Penguin Highway y remédiera peut-être l'an prochain. Côté Chine, il faut souligner l'original Une Pluie sans fin et les dernières oeuvres de Wang Bing. La Corée fut dominée par l'une des plus grandes injustices cannoises de ces dernières années, le sidérant Burning, nouveau chef d'oeuvre de Lee Chang-dong.
    (*le film Senses ne fut pas intégré dans le compte-rendu de cette année puisqu'il a déjà été intégré dans le top 2017. Il n'en reste pas moins l'un des films japonais les plus impressionnants de l'année)
     
     
    Merci aux quelques visiteurs de ce blog ainsi qu'aux internautes qui me suivent et me commentent sur les réseaux sociaux.
    Bonne année 2019 à tous !
     
     

    Lire la suite

  • Soutien au Forum des Images

     

    Le Goût des dorayaki, un soir après la projection

    Un témoignage en soutien au Forum des Images

     

    Le Forum des Images fut l'un des premiers espaces de réconfort pour la jeune provinciale que j'étais. Portée par une équipe conviviale et passionnée, l'institution se définit par une programmation tour-à-tour éclectique et engagée. Il n'y a guère qu'au Forum que je pus profiter de joyeux films d'action, d'animation trash comme de grands classiques ou de documentaires sérieux.

     

    Dans la lumière rosée de son hall, j'ai ainsi le souvenir de riches dialogues, de nombreuses mains serrées, de sourires échangés. J'eus l'aubaine d'apercevoir des personnalités admirées, d'échanger avec certaines d'entre elles, de me nouer avec d'autres spectateurs fidèles, et de me sentir inspirée par les conférences ou les échanges avec le public. Le Festival Carrefour de l'animation, en particulier, me ravit chaque année et j'en sors toujours comblée.

     

    Connaître la fragile situation actuelle de ce lieu si apprécié me laisse pantoise. Car son rayonnement me semble nécessaire. De même, ses actions – venues de jeunes réalisateurs comme de grands maîtres, projections cosmopolites, engagement à mener la réflexion autour de la programmation – m'apparaissent forcément essentielles. Soudain, les qualités modèles de cet espace accueillant et exigeant vacillent, enveloppées par un climat d'incertitude.

     

    Beaucoup ont déjà tiré la sonnette d'alarme et rappelé l'importance du rôle audiovisuel, et plus particulièrement cinématographique, du Forum des Images. Je renvoie là aux textes forts clairvoyants de Jean-Yves de Lépinay, textes qu'il partage depuis quelques mois sur le groupe Facebook Comité de Soutien au Forum des Images. Par ailleurs, l'institution n'est pas la seule menacée dans le domaine de la culture. Elle s'ajoute à une liste malheureusement de plus en plus longue ces derniers temps...

     

    Dans ce contexte inquiétant, je me tourne modestement vers ce que le Forum des Images m'a apporté en priorité, à savoir des souvenirs de projection. L'un d'entre eux, en particulier, a marqué mon existence de spectatrice. La madeleine commence dix jours après les attentats de Paris, le dimanche 22 novembre 2015. Hasard cruel du calendrier, le Forum des Images était en pleine programmation de son festival « Un État du monde et du cinéma ». Au même moment, l'état du pays comme de ses habitants sombraient d'un coup dans la terreur, l'incompréhension et l'effroi. Les Délices de Tokyo de Naomi Kawase devait alors clôturer le festival. J'avais acheté ma place bien longtemps auparavant et j'hésitais longuement avant de partir pour le Forum. Depuis le vendredi fatidique, je n'avais pas remis les pieds dans une salle et le terrible travail de l'imagination alimentait des visions traumatiques, face à l'idée de rentrer dans un espace clos et rempli d'individus.

     

    Une fois assise dans la vaste salle 500, la sensation crainte commença à m'envahir. Au milieu d'une rangée, je regardais avec inquiétude autour de moi, songeant à me placer près d'une sortie de secours. Oui, la paranoïa œuvrait sans pitié à ce moment.

     

    Et puis... Et puis le discours de clôture commença à dissiper les craintes. La directrice fit part de son émotion, annonça un film prêt à « faire du bien », à rassurer les esprits tourmentés. Pendant ce discours, toute l'équipe du Forum était là, à gauche en bas des rangées. Je me souviens des regards des employés qui parcouraient la salle, regards dans lesquels pointaient l'éreintement – malgré les événements, ils n'avaient pas cessé leur travail pour maintenir le festival – comme l'apaisement – toute la tension accumulée paraissait s'évader de leurs corps.

    Cette attitude contamina dès lors toute la salle entière. Les lumières s'éteignirent et les nombreux spectateurs s'élancèrent dans les images et les sons. Au fur et à mesure de la projection, l'atmosphère se chargeait d'une émotion planante ; tandis que, depuis les rangées du haut jusqu'à celles du bas, s'écoulait la lourde anxiété des derniers jours. Quant à cette torpeur qui nous avait tous paralysés, elle flottait là, au plafond, abandonnée dans la poussière de la projection. Au milieu du film, je détournais mon regard de l'écran et je contemplais cette salle attentive, au souffle enfin soulagé ; cette vision, je m'en souviens plus que le film lui-même.

     

    Après la projection, nous sortîmes dans un doux silence, papillons dans les yeux, sourires osés sur les lèvres. Certains évoquaient la brillance épurée de l'image et de ses cerisiers si pâles. L'image cinématographique avait chassé l'image médiatique, traumatique, de la semaine passée.

     

    Mais un second temps de réconfort nous attendait devant la salle des collections.

    Fidèle à ses principes, l'équipe avait préparé une dégustation, accompagnée d'un léger thé vert, des pâtisseries entrevues dans le film. Alors que chacun attendait son dorayaki comme un écolier, les langues conversèrent dans la chaleur attentionnée.

     

    Il y a à peine plus d'une semaine, Jean-Yves de Lépinay publiait un nouveau texte sur le rôle du Forum des Images, et y écrivait ces mots : « Ainsi rassemblées, mises en relation, les images sont des supports au débat public, comme aux bouleversements intimes. ». Cela, le Forum des Images, ses films et son équipe, me l'ont rappelé, en ce ténébreux dimanche de novembre où je me sentais envahie par la détresse. Cette véritable expérience de cinéma, qui ne s'en tient pas à mettre en parenthèses un quotidien vers lequel nous retournerions inchangés, permet au contraire de partir à la rencontre de soi comme des autres. En somme, de se (re)construire dans une sincère altérité.

     

     

    Tel est mon témoignage sur le Forum des Images et sur l'une de ses projections, dominée par le goût des dorayaki. J'estime qu'il sait traduire la profonde nécessité de cet espace, capable d'élever, par sa programmation comme ses activités, notre regard comme notre esprit. Parce que nous sommes dans le contexte d'une société actuellement très agitée, ce rôle ne doit pas s'effacer au profit d'un autre, il doit au contraire perdurer.

     

  • Top 2017

    TOP 10 2017

    Force est de constater que le paysage triste du cinéma de 2017 a accompagné une année dure en difficultés, construite par les mauvaises surprises politiques, le retour de la peur nucléaire, la tragédie des guerres et des migrations, la violence des catastrophes naturelles. Pourtant, si beaucoup de films ont tiré la réflexion et la sensibilité vers le bas, certaines oeuvres ont vaillamment battu la violence sociétale et / ou géopolitique. Se sont parfois répondus les cris d’alarme comme les éclats d’espoir, selon une série de battements précipités, où les idéaux se heurtent à la réalité, où les combats s’effritent sous le joug des décisions ou pire, de l’indifférence. L’année a longuement glissé sur des terrains faciles, patiné sur des versants peu inspirants. Au milieu de ce paysage lisse, les rares oeuvres singulières s’en sont détachés encore plus fortement, et ont laissé un souvenir fortement vivace : des prières silencieuses, des feux d’artifice, des chants d’opéra, de la musique algérienne, une maison à construire, une première baignade dans la mer, les yeux béants d’un oiseau triste, les sourires terrifiants d’un voisin excentrique, des sushis à la finlandaise, la neige qui virevolte autour d’un taxi, l’agitation des voix et des paroles dans un auditorium, les flammes fantômes d’une nuit exotique...

     

    Le cinéma n’est pas resté sourd, sur et hors écran, au féminisme de cette année 2017. Même si l’on peut, à ce niveau, regretter fortement l’absence de progrès sur le sujet en France… Néanmoins, les portraits d’héroïnes ou plus largement de femmes complexes, ont brillé durant 2017, avec des femmes de tous les siècles, de tous les âges : une poétesse ignorée par ses pairs, trois femmes savantes oeuvrant pour le progrès spatial, une superhéroïne portant les guerres sur ses grandes épaules, une artiste qui croque entre activités ménagères, une Parisienne qui n’a pas sa langue dans la poche, une prostituée partie de sa campagne, une vieille dame qui y revient, une jeune sourde-muette partie à la conquête de New York, deux princesses aux pouvoirs magiques dans l’espace, ou une androïde à l’écoute des derniers signes du monde...

     

    Côté disparition, beaucoup de tristesse dans notre culture nationale avec la disparition de nombreuses légendes et personnalités humanistes. Ainsi que sur le continent nippon, celle d'un grand homme de la plume très lié à l'art français – ironie cruelle, le même jour où Trump et Shinzo Abe furent photographiés ensemble, à jouer au golf… Jamais le contraste entre la sensibilité intelligente et la bêtise béante n’a semblé aussi net et violent en ce jour de février. Le départ de Jiro Taniguchi, personnalité cultivée, éclectique et tendre, a profondément attristé le paysage du manga et de la bande dessinée, et même plus largement celui de la littérature. C’est pourtant à l’ombre de son oeuvre que j’invite mes visiteurs à entrer dans 2018. Le temps de se reposer sous les branches d'un arbre, de se recueillir, tels ses nombreux personnages marcheurs, bucoliques, épicuriens et rêveurs, et de profiter de la sagesse du temps et de l’espace. Sans aucun doute le meilleur moyen de réfléchir patiemment à ce qui nous attend.

    Lire la suite

  • Cinéma d'ailleurs - 120 Battements par minute

    NOTE : ce post inaugure la catégorie « Œuvres d’ailleurs », consacrée à de ponctuels textes sur des créations sans rapport avec l’actualité asiatique. Plus précisément, cette catégorie accueille les textes auparavant publiés sur le blog Lysao – blog officiellement mis à l’arrêt depuis octobre 2017.

     

    Dansons dansons sinon…

     

    120 BATTEMENTS PAR MINUTE - Robin Campillo

    Dans la chaleur nocturne d’un soir de canicule parisienne, la célèbre phrase de Pina Bausch résonne à mes oreilles après les 2 heures 20 de projection. Le film s’achève sur les corps clignotants et les têtes embrumées. Scène ouverte, destins en suspens de ceux qui continuent la lutte. Le final se révèle antithèse de l’ouverture du film, où les militants se cachaient derrière un rideau, en coulisses de leur propre histoire. Sur le boulevard de l’Opéra, la surexcitation des Parisiens venus profiter de leur Cannes à la capitale a laissé place au silence feutré, aux yeux troublés et aux langues qui ne réclament qu’une fraîcheur alcoolisée. Moi je songe à cette phrase de Pina : “Tanz tanz sonst sind wir verloren”, “Dansons, dansons sinon nous sommes perdus”.

    Lire la suite

  • Japan Expo 2017

    JAPAN EXPO 2017

     

    Une fois n’est pas coutume, je me suis dit qu’il était temps de tenter l’expérience de la Japan Expo, incontournable - ou pas ? - pour tout rêveur du pays du soleil levant. Je dois avouer que ma curiosité était plus attisée par l’événement Anime 100 et la venue de prestigieux invités pour l’occasion, que par la convention elle-même. Petit article sur mes tribulations de blogueuse journaliste parmi les stands et les cosplayeurs.

    Lire la suite

  • Bilan 2015

    2015, une année asiatique

     

    Viennent le mois de janvier, et le temps de retour aux découvertes asiatiques de l'année. Sur l'autre blog a déjà été publié un compte-rendu plus général, comportant le traditionnel top de l'année. L'Asie n'y a pas été en reste, puisque s'y est imposé en chef de file un film chinois, ainsi qu'un documentaire du même continent, et enfin une création d'animation japonaise.

    Cependant, cette année fut faible sur la production cinématographique asiatique, car éminemment frustrante. Son apparus dans leur clarté les difficultés de distribution ou d'apparition de nouveaux auteurs, ou d'une production à l'écart de celle qui s'est imposée il y a quelques années, sur les écrans français.

    Lire la suite

  • Larmes dans le cinéma coréen II

     LARMES DANS LE CINEMA COREEN II

     

    A propos de deux films de Lee Chang-dong,

    GREEN FISH (1997) et OASIS (2002)

     

    Très peu a été écrit en France sur Lee Chang-dong. Pourtant, beaucoup de textes, de paroles et de critiques semblent lui accorder le statut d'incontournable dans le cinéma coréen actuel. Autant son cinéma fait office de poids lourd, aux qualités indéniablement avouées, autant il échappe souvent aux réflexions et aux échanges, car paradoxalement porté par une certaine préciosité. L'arrivée tardive de l'écrivain au cinéma, sa filmographie restreinte, la rareté de ses entretiens, travaillent un certain mystère de l'homme qui livre peu sur la préparation de ses films. La rencontre directe avec le cinéaste en juin dernier, durant la projection de Poetry pour l'exposition de « La Délirante » à Paris, confirma ce secret : Lee Chang-dong présenta de manière concise son film, drapé dans sa veste élégante, sage silhouette remerciant timidement les spectateurs après la projection.

    Lire la suite

  • Bilan 2013

    Bonne année sur Mirabelle-Cerisier !

    2.jpg

     

    Suite au Top 10 annuel publié sur le second blog Lysao, le cinéma chinois ressort en force pour l'année 2013. Jia Zhangke, Ann Hui et Cai Shangjun figurent au palmarès, tandis que le Grandmaster de Wong Kar-wai s'était aussi révélé une bonne surprise. Mais la grande force asiatique demeure Shokuzai, le dyptique réalisé par Kiyoshi Kurosawa, important monument brassant à la fois le sens de l'horrifique et du chaos chez le cinéaste mais également une myriade de changements, de tons différents, de thématiques singulières que Kurosawa embrasse avec une réelle subtilité.

    Côté animation, la surprenante expérience d'Albator vient contredire la timidité des dernières productions parvenues en France (Lettre à Momo, Le Jardin des mots). Bien qu'accablé par quelques longueurs et quelques stéréotypes attendus, difficile de résister au spectacle époustouflant de l'animation du film de Shinji Arakami, superbe space opera marqué par le spleen et la peur de l'explosion.

    Le cinéma coréen s'est quant à lui imposé avec des productions internationales. Park Chan-wook et Kim Jee-woon ont ainsi respectivement réalisé Stoker et Le dernier rempart avec des acteurs américains. Bong Joon-ho, avec Snowpiercer, s'est quant à lui constitué un équipe aux multiples langues, n'abandonnant pas son acteur phare Song Kang-ho, et dirigeant Tilda Swinton, Chris Evans, John Hurt ou Jamie Bell. Malgré la virtuosité de sa réalisation et ce casting alléchant, le film de Bong Joon-ho demeure inégal, trop disparate, sans parvenir à atteindre la force de son récit apocalyptique.

    Enfin, soulignons une année particulièrement riche en ressorties, où certains distributeurs, en particulier Carlotta, ont présenté des classiques asiatiques à la restauration sublime. Les Sept Samouraïs, Rashomon, Le Fils unique, et bientôt Fleurs d'équinoxe ont ainsi fait parti de ces nombreux films projetés dans les petites salles art et essai, dans une excellente qualité.

    Enfin, suite à cette année, merci à tous les visiteurs du blog, qui a doublé sa fréquentation par rapport à l'an dernier.

    albator.jpg

    Critiques à venir sur Mirabelle-Cerisier :

    Albator le corsaire de l'espace de Shinji Arakami

    Tel père tel fils de Hirokazu Kore-eda

    A Touch of sin de Jia Zhangke

    Snowpiercer de Bong Joon-ho

    A Better tomorrow / The Killer de John Woo

    Chien enragé d'Akira Kurosawa

  • Rentrée 2012

    RENTREE SEPTEMBRE

    Mirabelle-Cerisier a déjà fêté son premier anniversaire, le 3 juillet 2011, et continue d'attirer plus de monde, passant de ses quelques 200 discrètes premières visites de juillet 2011 à 1087 visiteurs en août 2012. Un grand merci donc à ceux qui continuent de lire les critiques et analyses consacrées à cette riche culture asiatique qui me passionne toujours autant.

    Pour cette rentrée septembre, je ne peux qu'annoncer de nouveaux articles, sur différents domaines, littérature, cinéma, animation, mais aussi musique, rubrique que je vais tenter de remplir plus fréquemment.

    Pour cette nouvelle année qui s'annonce pour le blog, les films d'animation seront toujours autant mis à l'honneur. Critique prochaine d'Ame et Yuki, le dernier-né de Mamoru Hosoda des studios Madhouse ; mais aussi du nouveau film de Masayuki Kojima (Piano Forest), Le Chien du Tibet, bientôt en salles. Egalement des chroniques sur plusieurs animes, et d'autres découvertes, comme Mari Iyagi (Lee Sun-gang), Un Eté avec Coo et Colorful (Keiichi Hara) ou Le Voyage vers Agharta (Makoto Shinkai), ces deux derniers venant de sortir en DVD.

    Côté films, une grande part sera consacrée à Akira Kurosawa, réalisateur japonais emblématique auquel il n'est pas négligeable de donner un hommage, tant ses films reflètent le désarroi de la société japonaise après la seconde Guerre Mondiale, à travers des comportements chaotiques et troublants. Arès l'Ange Ivre, un autre film assez méconnu viendra débuter le panorama, Entre le Ciel et l'Enfer. Autre vision de la violence et d'une société en proie aux pulsions, il s'agit de la critique de La Servante, film de 1960 de Kim Ki-Young ressorti en salles. Enfin, côté des sorties, le Lion d'Or à Venise, Pieta de Kim Ki-duk, ainsi que 2/Duo de Nobuhiro Suwa seront mis à l'honneur.

    Enfin, d'autres articles divers seront présents, comme sur les autres polars de Qiu Xiaolong, les autres parutions de Yoko Ogawa, mais aussi Hiromi Kawakami...

    Très belle rentrée à tous !