Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mirabelle-cerisier

  • 23 novembre 2019

    #NOUSTOUTES

    23 Novembre 2019

     

    N'étant pas en France, je ne peux que suivre de loin la marche #NousToutes qui aura lieu aujourd'hui dans mon pays d'origine. Mais évidemment je la soutiens et j'admire le travail de celles et ceux qui dénoncent les violences contre les femmes depuis tant d'années.

     

    Je ne peux parler au nom de tous les sujets mais je souhaite au moins me positionner par rapport à la cinéphilie, qui définit mon quotidien et mon travail. Maintes fois, dans des échanges sur des films, ce fameux « séparer l'homme de l'artiste » est tombé, véritable clôture imposant la fin de toute discussion. Je pense que même ceux usant de cette réplique ne se rendaient pas compte de la gravité de cet argument qui pardonne tout, conclut tout.

    Je ne sépare pas l'homme de l'artiste et j'ai décidé récemment que je ne verrai pas le film de Roman Polanski. Tout d'abord par respect et soutien aux victimes qui se manifestent dernièrement. Je pense que défendre le film et son réalisateur, de même que s'y intéresser excessivement en ce moment, ne peut que causer plus de souffrance.

    Ensuite parce que j'en ai assez de cette excuse. Un cinéphile n'est-il pas un être humain ? Aimer un film c'est confirmer sa sensibilité, sa capacité aux émotions, la présence de valeurs en nous ; ces éléments jaillissent face à un personnage, un plan, un décor, une coupe au montage, un effet sonore... et donnent peu à peu un sens à notre cinéphilie.

    Pourquoi donc valoriser l'émotion d'un film en regard de celle ressentie face à la société ? Nous ne serions capables d'humanité qu'en face du grand écran ? Ou alors les sentiments dans la salle n'auraient rien à voir avec ceux de l'extérieur ? Bien au contraire, le chemin du cinéphile, comme du passionné de musique ou de théâtre, existe parce qu'il croise celui, plus vaste, de notre personnalité entière. C'est cette circulation, entre les films, leur contenu et notre réalité, qui enrichissent le cinéphile que nous devenons.

    Dire qu'il faut séparer l'artiste de l'homme revient à nier cette circulation, à considérer la parfaite imperméabilité d'un métier ou d'une œuvre. A l'image du cinéphile, le cinéma est une entité complexe, le réceptacle de regards mêlés, de personnalités qui se sont croisées, d'idées qui se sont confrontées. Dans ce fameux argument réside la totale négation de cette dimension, et donc, des souffrances qui y peuvent y apparaître.

     

    Le récent retour sans appel des violences contre les femmes dans le cinéma (et ailleurs...) passe aussi par les spectateurs et les spectatrices, et notre propre remise en question, l'acceptation de cette porosité, et surtout du droit de suivre ses sentiments et de refuser de voir un film. Chacun peut décider des œuvres qu'il souhaite défendre, mais ne peut le faire sans être conscient des réalités qui enrobent la création d'une œuvre.

    Il n'y a pas de séparation entre les artistes et les hommes, il n'y a qu'une succession d'étapes et un glissement vers le résultat final sur écran. Il n'y a pas de séparation entre le cinéphile et l'humain, mais la complexe circulation de valeurs et d'émotions personnelles.

     

     

    A lire : l'article d'Iris Brey sur cette séparation « impossible » : https://www.mediapart.fr/journal/france/131119/polanski-l-impossible-separation-entre-l-homme-et-l-artiste

    L'enquête de Marine Turchi sur les violences sexistes dans le cinéma : https://www.mediapart.fr/journal/france/031119/dans-le-cinema-des-violences-sexuelles-systémiques

  • Katsuben !

    L'homme devant l'écran

     

    Katsuben ! (2019) / 周防正行 Masayuki Suo

    Projeté en avant-première au Kyoto Historica Film Festival, actuellement dans la programmation du Kinotayo Festival en France, Katsuben ! propose de revisiter l'histoire du film muet à travers la figure emblématique du benshi, mais aussi sous le ton dominant de la comédie. Cette association donne au film sa singularité et son dynamisme, mais n'échappe à quelques poncifs dominants dans le cinéma japonais commercial actuel.

    Lire la suite

  • Shinjitsu / La Vérité

    Sorcières de mère en fille

    真実 Shinjitsu, La Vérité (2019) / 是枝裕和 Hirokazu Koreeda

     

    En situant l'action de son nouveau film dans le pays du cinéma, Hirokazu Koreeda s'essaye pour la première fois à l'expérience internationale . La proposition faisait peur sur le papier, risque d'un énième rapport faussé à une culture incomprise, à une langue non maîtrisée. Pourtant, La Vérité trouve un équilibre par la justesse des interprétations comme l'entretien des valeurs usuelles et chères à son cinéma. Mais l'approche de la France témoigne aussi des limites dans la construction d'un film dans le film sans grande personnalité.

    Lire la suite

  • Asako I & II

    Asako et ses deux amours

     

    ASAKO I & II (寝ても覚めても NETEMO SAMETEMO, 2018) - Ryusuke Hamaguchi

    A travers son absurde histoire de sosie, le nouveau film de Ryusuke Hamaguchi suit, entre cruauté et légèreté, les variations amoureuses vécues par son héroïne. Après le profond Happy Hour, le cinéaste japonais signe un film charmant en apparence, mais d'une vertigineuse complexité.

    Lire la suite

  • Top Cinéma 2018

    TOP TEN 2018
     
    Si cette année fut riche en événements pour ma part, et si le temps ne me fut guère laissée pour remplir les colonnes de ce blog, la fibre cinéphile a tout de même résisté aux changements. Si j'ai certes vus moins de films qu'à l'habituelle, j'ai à mon actif une bonne centaine d'oeuvres visionnées en salles, ce qui permet de proposer le traditionnel top de l'année.
    Constatons que cette année fut très belle sur le continent américain comme asiatique. D'une part, l'on eut le plaisir de découvrir de beaux films indépendants très sensibles, souvent signés par de jeunes réalisatrices, comme de faire face au renouvellement de cinéastes confirmés (Andersen, McDonagh, Spielberg...). De l'autre côté du blog, le Japon ne fut pas en reste avec sa Palme d'or, mais aussi la venue d'anciennes comme de nouvelles têtes*. L'animation japonaise fut cependant en deçà des réussites, avec plusieurs films inégaux et décevants - la sortie du virevoltant Penguin Highway y remédiera peut-être l'an prochain. Côté Chine, il faut souligner l'original Une Pluie sans fin et les dernières oeuvres de Wang Bing. La Corée fut dominée par l'une des plus grandes injustices cannoises de ces dernières années, le sidérant Burning, nouveau chef d'oeuvre de Lee Chang-dong.
    (*le film Senses ne fut pas intégré dans le compte-rendu de cette année puisqu'il a déjà été intégré dans le top 2017. Il n'en reste pas moins l'un des films japonais les plus impressionnants de l'année)
     
     
    Merci aux quelques visiteurs de ce blog ainsi qu'aux internautes qui me suivent et me commentent sur les réseaux sociaux.
    Bonne année 2019 à tous !
     
     

    Lire la suite

  • Les Cendres du temps

    Déserter. Désaxer. Dessiner.

     

    LES CENDRES DU TEMPS (DUNG CHE SAI DUK 東邪西毒, 1994) - Wong Kar-wai

    Adaptation libre d'un roman de wuxia, Les Cendres du temps éclate, que dis-je, explose de modernité. Parmi les nombreuses belles œuvres que j'ai pu découvrir du maître hongkongais, Les Cendres du temps fut la plus surprenante et la plus jusqu’au-boutiste dans l'exploration du style de Wong Kar-wai.

    Lire la suite

  • Mary et la fleur de la sorcière

    Un dernier p’tit tour de magie et puis…

     

    MARY ET LA FLEUR DE LA SORCIÈRE (メアリと魔女の花 MEARI TO MAJO NO HANA, 2018) - Hiromasa Yonebayashi

    Lors de la sortie du film au Japon, Hiromasa Yonebayashi avait déclaré que son dernier opus reflétait la situation du studio Ghibli. La cessation des activités de ce dernier entraînait la disparition d’un certain univers, merveilleux, magique, absence avec laquelle il fallait maintenant composer. De fait, la vision de Yonebayashi sur cette situation prenait corps à travers une jeune fillette se rêvant sorcière, et traversée par cette question emblématique : “que fait-on quand la magie n’est plus là ?“ Pourtant le cinéaste évite plus le problème qu’il ne l’élude durant son troisième long-métrage. Le “que fait-on” reste toujours aussi palpable sur ce film qui se veut, plutôt qu’une réelle proposition, d’abord un héritage et un hommage au studio.

    Lire la suite

  • Vers la lumière

    Trop de lumière

     

    VERS LA LUMIÈRE (, HIKARU) - Naomi Kawase

    L’échec du dernier film de Naomi Kawase est à l’image de son titre : un mot-clé grossissant la métaphore, utilisé comme concept stylistique subordonnant tous les éléments et effaçant les véritables nuances. La lumière est de trop dans ce récit nippon.

    Lire la suite

  • Crayon Shin-chan : Attack of the Adult Empire

    Nostalgie, quand tu nous tiens...

     

    CRAYON SHIN CHAN : ATTACK OF THE ADULT EMPIRE (クレヨンしんちゃん 嵐を呼ぶモーレツ!オトナ帝国の逆襲, CRAYON SHIN-CHAN: ARASHI WO YOBU - MOURETSU! OTONA TEIKOKU NO GYAKUSHUU, 2001) - Keiichi Hara

     

    La séance fut présentée par un Keiichi Hara déconcerté face à la moyenne d’âge des spectateurs. Crayon Shin-chan étant une série populaire auprès des enfants au Japon, le cinéaste s’attendait à voir des bambins surexcités. Mais ce sont des adultes attentifs et curieux qui vinrent à cette séance inédite du Forum des Images. Cependant, le changement d’âge n’a pas rendu pour autant la projection plus morne, car chacun retrouva son âme d’enfant face à l’humour et la spontanéité des aventures du garnement Shinnosuke, dit Shin-chan.

    Lire la suite

  • Soutien au Forum des Images

     

    Le Goût des dorayaki, un soir après la projection

    Un témoignage en soutien au Forum des Images

     

    Le Forum des Images fut l'un des premiers espaces de réconfort pour la jeune provinciale que j'étais. Portée par une équipe conviviale et passionnée, l'institution se définit par une programmation tour-à-tour éclectique et engagée. Il n'y a guère qu'au Forum que je pus profiter de joyeux films d'action, d'animation trash comme de grands classiques ou de documentaires sérieux.

     

    Dans la lumière rosée de son hall, j'ai ainsi le souvenir de riches dialogues, de nombreuses mains serrées, de sourires échangés. J'eus l'aubaine d'apercevoir des personnalités admirées, d'échanger avec certaines d'entre elles, de me nouer avec d'autres spectateurs fidèles, et de me sentir inspirée par les conférences ou les échanges avec le public. Le Festival Carrefour de l'animation, en particulier, me ravit chaque année et j'en sors toujours comblée.

     

    Connaître la fragile situation actuelle de ce lieu si apprécié me laisse pantoise. Car son rayonnement me semble nécessaire. De même, ses actions – venues de jeunes réalisateurs comme de grands maîtres, projections cosmopolites, engagement à mener la réflexion autour de la programmation – m'apparaissent forcément essentielles. Soudain, les qualités modèles de cet espace accueillant et exigeant vacillent, enveloppées par un climat d'incertitude.

     

    Beaucoup ont déjà tiré la sonnette d'alarme et rappelé l'importance du rôle audiovisuel, et plus particulièrement cinématographique, du Forum des Images. Je renvoie là aux textes forts clairvoyants de Jean-Yves de Lépinay, textes qu'il partage depuis quelques mois sur le groupe Facebook Comité de Soutien au Forum des Images. Par ailleurs, l'institution n'est pas la seule menacée dans le domaine de la culture. Elle s'ajoute à une liste malheureusement de plus en plus longue ces derniers temps...

     

    Dans ce contexte inquiétant, je me tourne modestement vers ce que le Forum des Images m'a apporté en priorité, à savoir des souvenirs de projection. L'un d'entre eux, en particulier, a marqué mon existence de spectatrice. La madeleine commence dix jours après les attentats de Paris, le dimanche 22 novembre 2015. Hasard cruel du calendrier, le Forum des Images était en pleine programmation de son festival « Un État du monde et du cinéma ». Au même moment, l'état du pays comme de ses habitants sombraient d'un coup dans la terreur, l'incompréhension et l'effroi. Les Délices de Tokyo de Naomi Kawase devait alors clôturer le festival. J'avais acheté ma place bien longtemps auparavant et j'hésitais longuement avant de partir pour le Forum. Depuis le vendredi fatidique, je n'avais pas remis les pieds dans une salle et le terrible travail de l'imagination alimentait des visions traumatiques, face à l'idée de rentrer dans un espace clos et rempli d'individus.

     

    Une fois assise dans la vaste salle 500, la sensation crainte commença à m'envahir. Au milieu d'une rangée, je regardais avec inquiétude autour de moi, songeant à me placer près d'une sortie de secours. Oui, la paranoïa œuvrait sans pitié à ce moment.

     

    Et puis... Et puis le discours de clôture commença à dissiper les craintes. La directrice fit part de son émotion, annonça un film prêt à « faire du bien », à rassurer les esprits tourmentés. Pendant ce discours, toute l'équipe du Forum était là, à gauche en bas des rangées. Je me souviens des regards des employés qui parcouraient la salle, regards dans lesquels pointaient l'éreintement – malgré les événements, ils n'avaient pas cessé leur travail pour maintenir le festival – comme l'apaisement – toute la tension accumulée paraissait s'évader de leurs corps.

    Cette attitude contamina dès lors toute la salle entière. Les lumières s'éteignirent et les nombreux spectateurs s'élancèrent dans les images et les sons. Au fur et à mesure de la projection, l'atmosphère se chargeait d'une émotion planante ; tandis que, depuis les rangées du haut jusqu'à celles du bas, s'écoulait la lourde anxiété des derniers jours. Quant à cette torpeur qui nous avait tous paralysés, elle flottait là, au plafond, abandonnée dans la poussière de la projection. Au milieu du film, je détournais mon regard de l'écran et je contemplais cette salle attentive, au souffle enfin soulagé ; cette vision, je m'en souviens plus que le film lui-même.

     

    Après la projection, nous sortîmes dans un doux silence, papillons dans les yeux, sourires osés sur les lèvres. Certains évoquaient la brillance épurée de l'image et de ses cerisiers si pâles. L'image cinématographique avait chassé l'image médiatique, traumatique, de la semaine passée.

     

    Mais un second temps de réconfort nous attendait devant la salle des collections.

    Fidèle à ses principes, l'équipe avait préparé une dégustation, accompagnée d'un léger thé vert, des pâtisseries entrevues dans le film. Alors que chacun attendait son dorayaki comme un écolier, les langues conversèrent dans la chaleur attentionnée.

     

    Il y a à peine plus d'une semaine, Jean-Yves de Lépinay publiait un nouveau texte sur le rôle du Forum des Images, et y écrivait ces mots : « Ainsi rassemblées, mises en relation, les images sont des supports au débat public, comme aux bouleversements intimes. ». Cela, le Forum des Images, ses films et son équipe, me l'ont rappelé, en ce ténébreux dimanche de novembre où je me sentais envahie par la détresse. Cette véritable expérience de cinéma, qui ne s'en tient pas à mettre en parenthèses un quotidien vers lequel nous retournerions inchangés, permet au contraire de partir à la rencontre de soi comme des autres. En somme, de se (re)construire dans une sincère altérité.

     

     

    Tel est mon témoignage sur le Forum des Images et sur l'une de ses projections, dominée par le goût des dorayaki. J'estime qu'il sait traduire la profonde nécessité de cet espace, capable d'élever, par sa programmation comme ses activités, notre regard comme notre esprit. Parce que nous sommes dans le contexte d'une société actuellement très agitée, ce rôle ne doit pas s'effacer au profit d'un autre, il doit au contraire perdurer.