Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mirabelle-cerisier

  • Soutien au Forum des Images

     

    Le Goût des dorayaki, un soir après la projection

    Un témoignage en soutien au Forum des Images

     

    Le Forum des Images fut l'un des premiers espaces de réconfort pour la jeune provinciale que j'étais. Lieu convivial et passionné, porté par une équipe très humaine, à la programmation tour-à-tour éclectique et engagée. Il n'y a guère qu'au Forum que je pus profiter de joyeux films d'action, d'animation trash comme de grands classiques ou de documentaires sérieux.

     

    Dans la lumière rosée de son hall, j'ai ainsi le souvenir de riches dialogues, de nombreuses mains serrées, de sourires échangées. J'eus l'aubaine d'apercevoir des personnalités admirées, d'échanger avec certaines d'entre elles, de me nouer avec des passionnés, et de me sentir inspirée lors de conférences ou d'échanges avec le public. Le Festival Carrefour de l'animation, en particulier, me ravit chaque année et j'en sors toujours comblée.

     

    Connaître la fragile situation actuelle de ce lieu si apprécié me laisse pantoise. Car son rayonnement me semble nécessaire. De même, ses actions – venues de jeunes réalisateurs comme de grands maîtres, projections cosmopolites, engagement à mener la réflexion autour de la programmation – m'apparaissent forcément essentielles. Et voilà que soudain les qualités modèles de cet espace accueillant et exigeant vacillent, enveloppées par un climat d'incertitude.

     

    Beaucoup ont déjà tiré la sonnette d'alarme et rappelé l'importance du rôle audiovisuel, et plus particulièrement cinématographique, du Forum des Images. Je renvoie là aux textes forts clairvoyants de Jean-Yves de Lépinay, qu'il partage depuis quelques mois sur le groupe Facebook Comité de Soutien au Forum des Images. Par ailleurs, l'institution n'est pas la seule menacée dans le domaine de la culture et s'ajoute à une liste malheureusement de plus en plus longue ces derniers temps...

     

    Dans ce contexte inquiétant, je me tourne modestement vers ce que le Forum des Images m'a apportée en priorité, à savoir des souvenirs de projection. L'un d'entre eux, en particulier, a marqué mon existence de spectatrice. La madeleine commence dix jours après les attentats de Paris, le dimanche 22 novembre 2015. Hasard cruel du calendrier, le Forum des Images était en pleine programmation de son festival « Un État du monde et du cinéma », tandis que l'état du pays comme de ses habitants sombraient soudainement dans la terreur, l'incompréhension et l'effroi. Les Délices de Tokyo de Naomi Kawase devait alors clôturer le festival. J'avais acheté ma place bien longtemps auparavant et j'hésitais longuement avant de partir pour le Forum. Depuis le vendredi fatidique, je n'avais pas remis les pieds dans une salle fermée et le terrible travail de l'imagination alimentait les visions traumatiques, face à l'idée de rentrer dans un espace clos et rempli d'individus.

     

    Une fois assise dans la vaste salle 500, la sensation crainte commença à m'envahir. Au milieu d'une rangée, je regardais avec inquiétude autour de moi, songeant à me placer près d'une sortie de secours. Oui, la paranoïa œuvrait sans pitié à ce moment.

     

    Et puis... Et puis le discours de clôture commença à dissiper les craintes. La directrice fit part de son émotion, annonça un film prêt à « faire du bien » et rassurer les esprits tourmentés. Pendant ce discours, toute l'équipe du Forum était là, à gauche de la grande salle. Je me souviens des regards des employés qui parcouraient la salle, regards dans lesquels pointaient l'éreintement – ils n'avaient pas cessé leur travail et s'étaient adonné à maintenir le festival malgré les événements – comme l'apaisement – toute la tension accumulée paraissait s'évader de leurs corps.

    Cette attitude contamina dès lors toute la salle entière. Les lumières s'éteignirent et les nombreux spectateurs s'élancèrent dans les images et les sons. Au fur et à mesure de ma projection, l'atmosphère se chargeait d'une émotion planante ; tandis que, depuis les rangées du haut jusqu'à celles du bas, s'écoulait la lourde anxiété des derniers jours. Quant à cette torpeur qui nous avait tous paralysés, elle flottait, là, au plafond, abandonnée dans la poussière de la projection. Au milieu du film, je détournais mon regard de l'écran et je contemplais cette salle attentive, au souffle enfin soulagé ; cette vision, je m'en souviens plus que le film lui-même.

     

    Après la projection, les spectateurs sortirent dans un doux silence, papillons dans les yeux, sourires osés sur les lèvres. Certains évoquaient la brillance épurée de l'image et de ses cerisiers si pâles. L'image cinématographique avait chassé l'image médiatique, traumatique, de la semaine passée.

     

    Mais un second temps de réconfort nous attendait devant la salle des collections.

    Fidèle à ses principes, l'équipe avait préparé une dégustation des pâtisseries entrevues dans le film, accompagnée d'un léger thé vert. Alors que chacun attendait son dorayaki comme un écolier, les langues conversèrent dans la chaleur attentionnée.

     

    Il y a à peine plus d'une semaine, Jean-Yves de Lépinay publiait un nouveau texte sur le rôle du Forum des Images, et y écrivait ces mots : « Ainsi rassemblées, mises en relation, les images sont des supports au débat public, comme aux bouleversements intimes. ». Cela, le Forum des Images, ses murs, ses films, son équipe, me l'ont rappelée, en ce ténébreux dimanche de novembre où je me sentais envahie par la détresse. Cette véritable expérience de cinéma, où l'on part à la rencontre de soi comme des autres. Elle ne s'en tient pas seulement à la projection dont les parenthèses nous coupent momentanément d'un quotidien auquel nous retournons sans changement. Au contraire, elle permet de se (re)construire dans une sincère altérité.

     

     

    Tel est mon témoignage sur le Forum des Images et d'une de ses projections, dominée par le goût des dorayaki.

     

  • The Night is Short, Walk On Girl

    Le jeu de l'alcool, de l'amour et du hasard

     

    THE NIGHT IS SHORT WALK ON GIRL (夜は短し歩けよ乙女, YORU WA MIJIKASHI ARUKE YO OTOME) - Masaaki Yuasa

     

    Un film découvert lors de la soirée d'ouverture du 15ème Carrefour de l'animation au Forum des Images.

    Après une tentative à la fois inspirée et inégale dans le film tout public, Masaaki Yuasa revient avec ce long-métrage sur les terres déjà conquises et sur lesquelles il joue ses matchs préférés. Sur son principe marcheur et alcoolique, mais aussi épisodique comme me le fit remarquer finement ma voisine de salle, Yuasa renoue avec ses thèmes de prédilection, son style fantaisiste et joyeusement subversif, mais également l'univers de Tomohiko Morimi, auteur de The Tatamy Galaxy et Uchuten Kazoku. Sur grand écran, l'alchimie n'en est que plus forte et pétillante.

    Lire la suite

  • Happy Together

    Are Happy Days Here Again ?

     

    HAPPY TOGETHER (春光乍洩, CHEUN GWONG TSA SIT, 1997) - Wong Kar-wai

    Parce qu’il a marqué à jamais les histoires d’amour homosexuelles à l’écran, Happy Together apparaît d’abord comme l’oeuvre matricielle attendue. Ses partis pris esthétiques, sa représentation de deux jeunes homosexuels, la brutalité de son montage ont tant inspirés qu’ils semblent, sous l’oeil du XXIème siècle, presque banals.

    Lire la suite

  • Fireworks

    Feux d’artifice mais pétards mouillés

     

    FIREWORKS (打ち上げ花火、下から見るか? 横から見るか? UCHIAGE HANABI, SHITA KARA MIRU KA? YOKO KARA MIRU KA?) - Akiyuki Shinbo, Nobuyuki Takeuchi

    Parfois on ne pardonne pas le mauvais goût de beaucoup. Ma sidération fut grande face au dernier choix de distribution d’Eurozoom - qui jusque là s’était rarement trompé - et elle fut béante face au bon accueil de ce film d’animation par une partie de la critique française. Est-ce à dire que l’étiquette japanimation permet maintenant d’accepter tout et n’importe quoi, en particulier depuis que les studios Ghibli ont brisé la glace d’une mauvaise réputation longtemps prédominante ?

    Lire la suite

  • Top 2017

    TOP 10 2017

    Force est de constater que le paysage triste du cinéma de 2017 a accompagné une année dure en difficultés, construite par les mauvaises surprises politiques, le retour de la peur nucléaire, la tragédie des guerres et des migrations, la violence des catastrophes naturelles. Pourtant, si beaucoup de films ont tiré la réflexion et la sensibilité vers le bas, certaines oeuvres ont vaillamment battu la violence sociétale et / ou géopolitique. Se sont parfois répondus les cris d’alarme comme les éclats d’espoir, selon une série de battements précipités, où les idéaux se heurtent à la réalité, où les combats s’effritent sous le joug des décisions ou pire, de l’indifférence. L’année a longuement glissé sur des terrains faciles, patiné sur des versants peu inspirants. Au milieu de ce paysage lisse, les rares oeuvres singulières s’en sont détachés encore plus fortement, et ont laissé un souvenir fortement vivace : des prières silencieuses, des feux d’artifice, des chants d’opéra, de la musique algérienne, une maison à construire, une première baignade dans la mer, les yeux béants d’un oiseau triste, les sourires terrifiants d’un voisin excentrique, des sushis à la finlandaise, la neige qui virevolte autour d’un taxi, l’agitation des voix et des paroles dans un auditorium, les flammes fantômes d’une nuit exotique...

     

    Le cinéma n’est pas resté sourd, sur et hors écran, au féminisme de cette année 2017. Même si l’on peut, à ce niveau, regretter fortement l’absence de progrès sur le sujet en France… Néanmoins, les portraits d’héroïnes ou plus largement de femmes complexes, ont brillé durant 2017, avec des femmes de tous les siècles, de tous les âges : une poétesse ignorée par ses pairs, trois femmes savantes oeuvrant pour le progrès spatial, une superhéroïne portant les guerres sur ses grandes épaules, une artiste qui croque entre activités ménagères, une Parisienne qui n’a pas sa langue dans la poche, une prostituée partie de sa campagne, une vieille dame qui y revient, une jeune sourde-muette partie à la conquête de New York, deux princesses aux pouvoirs magiques dans l’espace, ou une androïde à l’écoute des derniers signes du monde...

     

    Côté disparition, beaucoup de tristesse dans notre culture nationale avec la disparition de nombreuses légendes et personnalités humanistes. Ainsi que sur le continent nippon, celle d'un grand homme de la plume très lié à l'art français – ironie cruelle, le même jour où Trump et Shinzo Abe furent photographiés ensemble, à jouer au golf… Jamais le contraste entre la sensibilité intelligente et la bêtise béante n’a semblé aussi net et violent en ce jour de février. Le départ de Jiro Taniguchi, personnalité cultivée, éclectique et tendre, a profondément attristé le paysage du manga et de la bande dessinée, et même plus largement celui de la littérature. C’est pourtant à l’ombre de son oeuvre que j’invite mes visiteurs à entrer dans 2018. Le temps de se reposer sous les branches d'un arbre, de se recueillir, tels ses nombreux personnages marcheurs, bucoliques, épicuriens et rêveurs, et de profiter de la sagesse du temps et de l’espace. Sans aucun doute le meilleur moyen de réfléchir patiemment à ce qui nous attend.

    Lire la suite

  • Entretien avec Keiichi Hara

    « J'aime beaucoup ceux qui choisissent d'être solitaires »

     

    ENTRETIEN AVEC KEIICHI HARA

     

    L'année 2017 était aussi celle des 100 ans de l'animation japonaise, déjà célébrés en France par des invités prestigieux à la Japan Expo et de nombreuses sorties en salles, souvent assurées par le distributeur Eurozoom. Le Forum des Images clôtura avec brio la commémoration et laissa la place belle aux créations du continent nippon. Mais surtout l'institution convia le cinéaste Keiichi Hara en tant qu'invité d'honneur.

    Après une longue carrière dans la série télévisée, où, il fut notamment assistant sur Doraemon et réalisateur de Crayon Shin-chan, Keiichi Hara réalisa trois longs-métrages très personnels remarqués dans les festivals d'animation. Tout d'abord, Un Eté avec Coo (2007), d'après Masao Kogure et Yuichi Watanabe, conte l'amitié entre un jeune garçon réservé et un kappa sans famille. Trois ans plus tard, Colorful, adaptation du roman éponyme d'Eto Morio, suit le retour à la vie de Makoto, dont l'âme s'est réincarnée chez un adolescent suicidaire. Enfin, Miss Hokusai (2015), s'inspire du manga d'Hinako Sugiura et porte le point de vue d'O-Ei, fille d'Hokusai et artiste sous la période Edo. Entre les deux derniers films, il est important de préciser que le réalisateur eut un passage du côté du film live : Hajimari no michi, un biopic sur Keisuke Kinoshita en 2013.

     

    J'eus la chance de m'entretenir, durant un peu plus d'une heure, avec ce réalisateur très réfléchi et ouvert. A quatre autour d'une table au 7ème bar – M. Keiichi Hara, sa femme qui l'avait accompagné, la traductrice Shoko Takahashi et moi-même – nous commençâmes une discussion sur son style, ses inspirations, sa vision du Japon.

    Lire la suite

  • 12ème Festival du Film Coréen à Paris

    12ÈME ÉDITION DU FESTIVAL DU FILM CORÉEN À PARIS

    du 24 au 31 octobre 2017

     

    En novembre dernier se tenait la 12ème édition du populaire festival dédié au Pays du Matin Calme. A contrario, et dans la continuité de son foudroyant succès de 2016, l'événement fut agité par les foules nombreuses, les invités prestigieux, la projection des derniers gros succès comme de sa production art et essai.

    Parmi des films très divers, un fil rouge se maintenait : celui du récent tremblement de terre politique ayant agité l'année 2016. Beaucoup de films intégraient, concrètement ou malicieusement, des références au régime en place. L'année précédente avait déjà étalé la violence de la corruption – avec Inside Men ou Asura – celle-ci affichait le désir de révolution et d'engagement. La rétrospective autour du thème des tumultueuses années 1980 dressait évidemment un rappel et un écho édifiants à la récente destitution de la Présidente Park. Manifestations dans les rues contre un état oppresseur, état des lieux alarmant sur le milieu militaire ou policier,  jeunesse en colère ou instable, et bien souvent en fuite contre son temps, telles étaient les thématiques de ce 12ème festival.

    Cet engouement politique présent à tous les étages de la production – du petit documentaire à la grosse production – faisait plaisir à constater et donnait de l'inspiration quant à notre actuelle situation gouvernementale ombrageuse.

     

    Dans la tradition des précédents compte-rendus de festival, petit parcours hiérarchique parmi les 15 films découverts dans les salles confortables du Publicis.

    Lire la suite

  • Nos Années sauvages

    Brouillons de couples à l'aube du Kar-wai-verse

     

    NOS ANNEES SAUVAGES (A Fei jing juen阿飛正傳, 1990) – Wong Kar-wai

    Triangles amoureux, déambulations dans les rues, danses suaves sous la chaleur d'un appartement, ce second long-métrage de Wong Kar-wai pose les premières pierres de son « verse », de son univers tour-à-tour romantique et âpre. Avant l'alter ego Tony Leung, Leslie Cheung incarne le représentant des hommes fatals du cinéaste hongkongais.

    Lire la suite

  • Critique de Dans un recoin de ce monde

    Peindre l'ordinaire

     

    DANS UN RECOIN DE CE MONDE (KONO SEKAI NO KATASUMI NI この世界の片隅に) – Sunao Katabuchi

     

    Le dernier-né de Sunao Katabuchi marque par la densité de sa construction. La récitation en voix-off est soutenue, le récit riche en protagonistes et anecdotes. Fort logique, puisque Dans un recoin de ce monde est porté par l'ambition de raconter la moitié d'existence d'une jeune Japonaise sous la Seconde Guerre Mondiale, entre rencontres, petits comme grands événements. Mais cette intention honorable est parfois desservie par un travail d'écriture et d'animation inégal et désarticulé.

    Lire la suite

  • Critique de la série animée Haikyū !!

    Légèreté

     

    HAIKYŪ !! (ハイキュー!!, 3 saisons, 2014 - 2016)

    Réalisé par Susumu Mitsunaka

    Production I.G

    D'après le manga d'Haruichi Furudate

     

    L'efficacité d’Haikyū !! ne se niche pas dans l'ambition hystérique ou la performance sakuga généralement propres aux animes de sport. La série adaptée du manga d'Haruichi Furudate fait le pari de s'écarter de certains codes et de rester proche de genres plus tranquilles comme le slice of life ou même le josei par les accents mis sur la recherche identitaire. L'intérêt de la compétition ne reste pas en retrait, loin de là, mais une place très importante est accordée à la psychologie de groupe et à la vie quotidienne de notre équipe de volley-ball. Le plaisant équilibre qui se joue donc entre scènes d'action et scènes de réflexion comme d'humour confère à Haikyū !! son aspect fort attachant.

    Lire la suite